12h30, Temple Saint-Etienne – PATRICK SHIROISHI SOLO

Patrick Shiroishi, saxophone (Etats-Unis) / entrée libre

Les improvisations fragiles du saxophoniste Patrick Shiroishi portent le poids de l’histoire de sa famille. Son saxophone émane du sous-sol comme le passé enfoui qui réclame le souvenir. Les lignes mélodiques tremblantes sont soutenues par de longues plages d’ambiance, et les rafales de bruit se heurtent à des échos réverbérés. Shiroishi cite le travail du saxophoniste Masayoshi Urabe, dont les albums A Brute et Sōingyokusaiseyo sont plus silencieux que sonores, comme une influence sur son approche minimaliste. Mais tout aussi importantes sont les œuvres qui dépendent du lieu, comme les enregistrements de Pauline Oliveros avec le Deep Listening Band dans une citerne souterraine ou le projet « o to da te » d’Akio Suzuki, qui cartographie les points où les échos sont forts dans les zones urbaines. En solo, il réagit à l’espace qui fait partie intégrante de la composition qui se déploie.

17h30, Le Séchoir – CARME LOPEZ “Quintela” + L’ENGOULEVENT

Carme Lopez, cornemuse galicienne

Clément Vercelletto, orgues, souffleurs, cornemuses

Née en 1992, Carme López est interprète, enseignante et chercheuse dans le domaine de la musique de tradition orale galicienne ; elle est titulaire d’un doctorat avec une thèse sur le chant féminin traditionnel en Galice.  « Quintela » est le premier album de Carme López et la première œuvre de musique expérimentale pour cornemuse galicienne, influencée par des compositeurs tels qu’Éliane Radigue, Pauline Oliveros ou Kali Malone. Dans cet album, la cornemuse évolue dans un domaine totalement inconnu, déconnectée de son lien avec la musique traditionnelle pour la décontextualiser et créer ainsi une approche personnelle marquée par la perspective de genre (en abandonnant l’association de prestige entre l’instrument et le genre masculin). L’arc narratif part de la maison familiale de Carme López, la maison Quintela, et des expériences et relations personnelles qui y sont nées. Le concert qui en témoigne est créé sur la base des idées musicales fondamentales et des concepts sonores de l’album, en prenant l’improvisation et le hasard comme idées de composition, et en créant des environnements à modulation lente, étirant les possibilités sonores de la cornemuse jusqu’à sa limite absolue.

18h30, Motoco – AVA MENDOZA, AMIRTHA KIDAMBI’S ELDER ONES, CONTAGIOUS, Zam Zam DJ Set “Météo Residency”

Après les concerts de fin d’après-midi au Séchoir, direction Motoco pour cette deuxième soirée de Météo 2024. Dès 18h30, le site vous accueille pour l’apéro avec le collectif Zam Zam.

Début des concerts en intérieur avec l’américaine Ava Mendoza d’abord, sur les coups de 21h, et sa guitare qui mêle blues et improvisations. Puis Amirtha Kidambi’s Elder Ones, à 22h30, ou la voix engagée de la chanteuse fait corps avec un groupe impressionnant. A minuit enfin, le passionnant trio berlinois Contagious (Sabine Ercklentz, Mieko Suzuki et Andrea Neumann) pour la première fois en France avec ses trois musiciennes qui inventent une musique nocturne entre électroniques et avant-garde improvisée.

Restauration (food trucks), bar Météo, disquaires et Fréquence Météo à partir de 18h30 à Motoco (site en accès libre). DJ Set par le Collectif Zam Zam en extérieur de 18h30 à 23H30.

Concerts payants à partir de 21h (tarif soirée : 20€) / Tarif concert de minuit : 8€