18h, Motoco – Soirée d’ouverture de Météo 2024 avec Maggie Nicols, Deborah Walker & Silvia Tarozzi “Canti di guerra, di lavore e d’amore”, Emilie Skrijelj “Glitch”, Electric Rastrello, Zam Zam DJ Set

←   Programmation

Mercredi 21 août
18h30   ~   Motoco

Plein tarif : 20 € / Tarif réduit : 12 € / Carte Culture : 6 € (caisse du soir uniquement) BILLETTERIE Paiement en carte ou en espèces ________ Le site est en accès libre tout au long de la soirée. Entrée payante aux concerts à partir de 21h. ________ Tarif spécial concert de minuit (Emilie Skrijelj “Glitch”) : 5 € (caisse du soir uniquement)

🌍

France / Ecosse / Italie

Rendez-vous dès 18h à Motoco pour cette grande soirée d’ouverture de Météo 2024 !

A 18h30, le duo italo-suisse Electric Rastrello lancera cette édition pour un apéro côté “Motoco Club”. Une collision electro-acoustique, un univers abrasif fait de motifs enivrants et de beats déstructurés étonnamment entraînants qui ne parlent que d’amour !

Puis le collectif mulhousien Zam Zam ambiancera la “Terrasse Météo” jusqu’à 23h30 avec ses DJ Sets éclectiques et pas mal d’invité·es tout au long de la semaine !

En salle à partir de 21h, on écoutera les chansons improvisées de l’immense chanteuse (et pianiste) écossaise Maggie Nicols puis celles, engagées et italiennes du duo Deborah Walker & Silvia Tarozzi, rejointes exceptionnellement par l’ensemble vocal mulhousien Vocaléidos, dirigé par Bernard Beck.

Tout au long de la soirée, on retrouvera les disquaires, Fréquence Météo, plusieurs food trucks et le Bar Météo avec une large sélection de boissons sans alcool (jus, maté…), les bières artisanales de la brasserie S’Humpaloch, les cidres locaux à la pression de Cidresens, et bien sûr plusieurs vins natures !

18h30 – Motoco Club (gratuit) – ELECTRIC RASTRELLO

Mattia Benuzzi, électroniques et voix / Luciano Turella, batterie

Rdv pour le concert apéritif de cette édition de Météo avec le duo Electric Rastrello formé de Mattia Benuzzi (électronique, chant) et Luciano Turella (batterie) qui viennent de faire paraitre « The Coolest Summer of Your Entire Life », un titre qui nous parle, sur le toujours passionnant label suisse Copypasta. Une musique de club avec une physicalité rock. Des grooves incessants des arpégiateurs incontrôlés, des synthés de basse monolithiques et des échantillons pervers qui mélangent techno, indus et funk et donnent naissance à une électro-pop(corn), véritable défi pour les danseurs les plus radicaux ! Parfait pour se déhancher dans le “Club Météo” !

21h, MAGGIE NICOLS SOLO + DEBORAH WALKER & SILVIA TAROZZI “Canti di Guerra, di Lavoro e d’Amore” (Ecosse / Italie)

Un évènement. Rare en solo, la chanteuse, danseuse, performeuse et improvisatrice écossaise Maggie Nicols ouvre cette édition de Météo. Dans un contexte politique et social brûlant, les chansons et la poésie de Maggie relèvent de l’acte militant. Car il est ici question de musique en tant que commentaire social, en tant que mémoire, de lettre d’amour, de confession. Immensément connue comme improvisatrice, au sein du Spontaneous Music Ensemble, du Feminist Improvising Group ou encore des Diaboliques, les talents de Maggie Nicols s’étendent au chant, à la danse, à la poésie, à la performance et à la composition.Ballades au piano, chansonnettes improvisées, histoires en anglais et en gaélique, il est difficile de décrire l’émotion d’un concert solo de Maggie Nicols. Elle donne vie à ses chansons comme l’auraient fait Carole King, Joni Mitchell ou Nina Simone. Car qui d’autre aujourd’hui peut aborder des sujets comme le deuil, la lutte des classes, l’abolition des frontières, l’addiction au thé vert, puis faire des claquettes et improviser vocalement, avec une telle sincérité, générosité et autant de vie ? Tout le monde doit entendre Maggie ! 

Avec “Canti di guerra, di lavoro e d’amore”, le duo formé par la violoncelliste Deborah Walker et la violoniste Silvia Tarozzi ajoute la musique folk à ses racines de musique classique contemporaine et de musique improvisée. Elles réinterprètent des chansons de leur jeunesse dans l’Émilie rurale, chansons issues de l’émancipation des femmes de la classe ouvrière et de la résistance partisane pendant la Seconde Guerre mondiale, en particulier celles chantées par les chœurs de travailleuses des rizières. Elles racontent l’histoire d’un travail dur et mal payé, de l’amour, de l’hypocrisie de la société, des protestations, de la guerre, du défi que représente le fait de travailler loin de chez soi, de la violence de l’oppression et de la nécessité d’une prise de conscience politique. Les deux musiciennes débloquent un territoire émotionnel où leur relation avec leur région d’origine résonne de concert avec d’autres sons et d’autres lieux. Autant de chansons magnifiques, qu’elles interprètent exceptionnellement à Météo avec l’ensemble vocal mulhousien Vocaléïdos dirigé par Bernard Beck, et d’autres surprises à prévoir… 

Minuit, Motoco : EMILIE SKRIJELJ “Glitch” (France)

Emilie Skrijelj, accordéon et électroniques

ELECTRIC RASTRELLO 

The opening concert of this edition of Météo features the Electric Rastrello duo, with Mattia Benuzzi (electronics, vocals) and Luciano Turella (drums). An electro-acoustic collision, an abrasive universe of intoxicating motifs and surprisingly catchy unstructured beats, all about love! Perfect for wiggling out in the “Météo Club” ! 

MAGGIE NICOLS SOLO 

An event. A rare solo, Scottish singer, dancer, performer and improviser Maggie Nicols opens this edition of Météo. In a burning political and social context, Maggie’s songs and poetry are a militant act. For this is music as social commentary, as memory, as love letter, as confession. Widely known as an improviser with the Spontaneous Music Ensemble, the Feminist Improvising Group and Les Diaboliques, Maggie Nicols’ talents extend to singing, dancing, poetry, performance and composition. Piano ballads, improvised ditties, stories in English and Gaelic, it’s hard to describe the emotion of a Maggie Nicols solo concert. She brings her songs to life as Carole King, Joni Mitchell or Nina Simone would have done. For who else today can tackle subjects like grief, class struggle, the abolition of borders, green tea addiction, then tap dance and improvise vocally, with such sincerity, generosity and life? Everyone needs to hear Maggie ! 

DEBORAH WALKER & SILVIA TAROZZI “Canti di Guerra, di Lavoro et d’Amore”

Cellist Deborah Walker and violinist Silvia Tarozzi play songs from their youth in rural Emilia, songs of working-class women’s emancipation and partisan resistance during the Second World War, particularly those sung by the choirs of rice-field workers. They tell the story of hard, poorly paid work, love, society’s hypocrisy, protest, war, the challenge of working away from home, the violence of oppression and the need for political awareness. Both musicians unlock an emotional territory where their relationship with their home region resonates in concert with other sounds and places. These are just some of the magnificent songs they will exceptionally perform with a local vocal ensemble.

EMILIE SKRIJELJ “Glitch”