FESTIVAL MÉTÉO 2020
 

DAS KAPITAL "VIVE LA FRANCE" - 20h, La Filature, Scène Nationale

Trio résolument européen, Das Kapital fait tomber quelques statues du patrimoine musical français, après avoir largement explorer ces dernières années l’oeuvre du compositeur allemand Hans Eisler. De Claude François à Lully, de Léo Ferré à Satie, la liste est longue et on vous attend à la fin du concert pour vérifier vos talents au blind-test ! Mais l’humour et l’ironie du trio s’accompagnent du souffle grave de Daniel Erdmann, de la percussive flamboyance d’Edward Perraud et du jeu de guitare très « protest folk song » de Hasse Poulsen. L’un des très grands groupes de jazz actuel.

European trio Das Kapital knocks down some statues of French musical heritage, after having largely explored the work of the German composer Hans Eisler in recent years. From Jacques Brel to Lully, from Léo Ferré to Satie, the list is long and we are waiting for you at the end of the concert to check your talents at the blind-test ! But the humor and irony of the trio are accompanied by the deep breath of Daniel Erdmann, the percussive flamboyance of Edward Perraud and the very "protest folk song" guitar playing by Hasse Poulsen. One of the greatest and most generous jazz groups today.

Daniel Erdmann : saxophone, clarinette
Hasse Poulsen : guitare
Edward Perraud : batterie

BILLETTERIE EN LIGNE

LA PEUGE EN MAI - 17h30, La Filature, Scène Nationale

Jeudi 27 août - 17h30 - La Filature - 10€

La Peuge en mai est née du désir de Geoffroy Gesser – déjà venu aux 2 Scènes avec Bribes 4 ou Umlaut Big Band – de mettre en lien les luttes ouvrières du printemps 1968 avec les sonorités de musiciens-improvisateurs d’aujourd’hui. Pour cela, il a recueilli des témoignages d’anciens ouvriers, militants ou syndicalistes des usines Peugeot du pays de Montbéliard, dont celui de son grand-père. Sur scène, le matériau sonore issu de ces échanges vient rencontrer la musique du sextet du saxophoniste. Les improvisations circulent entre jazz, noise et musique électronique pour une « création radio » qui frappe par sa force tant documentaire que poétique.

Geoffroy Gesser : conception, saxophone ténor
Simon Henocq : électronique
Prune Bécheau : violon
Aymeric Avice : trompette
Joel Grip : contrebasse
Francesco Pastacaldi : batterie
Cécile Laffon : montage des entretiens

Production : Le Ton vertical / Coproduction : Les 2 Scènes, Scène nationale de Besançon ; Collectif COAX / Soutien : CNV, Centre national de la chanson, des variétés, et du jazz  ; département du Doubs ; Adami. ©Simon Lambert

JULIEN DESAILLY SOLO - 13h, Église Sainte-Geneviève

Jeudi 27 août - 13h - Église Sainte-Geneviève
gratuit (sur réservation) https://www.yesgolive.com/festival-meteo/julien-desailly-solo

Avec des techniques de jeu différentes (la plupart glanées dans la musique traditionnelle irlandaise et bulgare), qui se répètent, se voient pousser à leurs limites, Julien Desailly explore les résonances de la cornemuse gaïda et du lieu largement réverbérant, donnant une incroyable sensation d’espace et de mouvement. Autant d’étranges cornes de brume qui évoquent au loin l’éthiopien Getatchew Mèkurya, les rushs fous de Steve Reich, ou la machine parlante de Wolfgang von Kempelen.

With different playing techniques (most of which are gleaned from traditional Irish and Bulgarian music), which are repeated, are pushed to their limits, Julien Desailly explores the resonances of the gaïda bagpipe and the largely reverberant place, giving an incredible feeling of space and movement. So many strange fog horns that evoke the Ethiopian Getatchew Mèkurya in the distance, the crazy rushes of Steve Reich, or the talking machine of Wolfgang von Kempelen.

Julien Desailly, cornemuse

LISE & LISA - 21h, Parc Salvator

Jeudi 27 août - 21h, Parc Salvator - 10€

Deux jeunes femmes comme deux sœurs tournant derviches dans le son d’un moderne folklore : Lise Barkas et Lisa Käuffert alternant chacune aux musettes 14 et 20 pouces. Toutes deux s’immergent dans un flot sonique, corps noyés dans les drones ascendants où flottent quelques fragments mélodiques évanescents. Musique faite de bourdons se mélangeant l’un autour de l’autre, corps spectraux enlacés où les mélodies sourdent à la surface de monochromes étendus, pour apparaître/disparaître dans un jeu harmonique fantôme. Répétitions jusqu’à la transe du geste du sac d’air pressé de la cornemuse, souffles continus emportant l’auditeur dans un espace/temps incertain, from here to infinity. Certains entendrons un vieux folklore revisité, mais ces champs lointains ne sont qu’un terreau sur lequel depuis de nombreux musiciens ont semé de nouvelles graines envoûtantes comme David Watson, Yann Gourdon, Keiji Haino et aujourd’hui décalées des pas de leurs aînés : Lise Barkas et Lisa Käuffert." — Michel Henritzi

Two young women like two sisters, whirling dervishes spinning amidst the sound of a modern folklore . Each of them alternating between their 14 and 20 inch musette bagpipes, Lise Barkas & Lisa Käuffert immerse themselves in tides of sound, drowning their bodies in their ascending drones wherein a handful of evanescent melodic fragments ebb and flow. A music made of interweaving drones, spectral bodies enlaced in clouds of phantom harmonics, repeating the gesture of the bagpipe’s leather lung until they reach a state of trance, and their circular breathing carries the listener towards uncanny times and spaces : from here to infinity. Whilst some may hear a revival of ancient folklore, in truth these distant fields are only a compost in which numerous musicians have already sown their new, bewitching seeds : David Watson, Yann Gourdon, Keiji Haino before them, and now, moving away from the steps of their elders , Lise Barkas & Lisa Käuffert. — Michel Henritzi

Lise Barkas, cornemuse
Lisa Käuffert, cornemuse

BERTRAND DENZLER & ANTONIN GERBAL - 22h Parc Salvator

Jeudi 27 août - 22h, Parc Salvator - 10€

Ces deux se fréquentent déjà assidûment au sein du trio Zoor qui cherche à « jouer comme si elle avait toujours existé une musique qu’ils ne connaissent pas ». En duo, ils poursuivent cette exploration, puisent dans l’histoire de leurs instruments pour naviguer dans un espace sonore générateur de formes asymétriques, géométriques et énigmatiques. C’est parce qu’ils se connaissent et s’apprivoisent sans cesse depuis de nombreuses années que ce périlleux exercice fonctionne à merveille. Et se transmute en nouveau paradigme pour fûts et saxophone : ton soutenu et souffle retenu, vibration oscillante et roulement timbré, masse sonique et silence tendu. Forcément intriguant, férocement indispensable.

These two are already associating assiduously within the trio Zoor which seeks to "play as if there had always existed a music which they do not know". As a duo, they continue this exploration, drawing on the history of their instruments to navigate in a sound space generating asymmetrical, geometric and enigmatic forms. It is because they have known and tamed each other continuously for many years that this perilous exercise works wonderfully. And is transmuted into a new paradigm for drums and saxophone : sustained tone and restrained breath, oscillating vibration and timbre rolling, sonic mass and tense silence. Necessarily intriguing, fiercely essential

Bertrand Denzler : saxophone
Antonin Gerbal : batterie

RONAN COURTY SYNÉSTHÉSIA - 13h, Église Sainte-Geneviève

Vendredi 28 août - 13h - Église Sainte-Geneviève
Gratuit, accessible pour les détenteurs d’un pass global ou sur réservation : https://www.yesgolive.com/festival-meteo/ronan-courty-synesthesia

Cette pièce pour contrebasse seule ralentie les strates du tempes en invoquant une musique séculaire inventée, entre folklore imaginaire et musique ancienne.
Produit acoustiquement, le frottement violent et obsessif de l’archet sur la corde révèle progressivement des nappes d’harmoniques planantes qui prolongent la suspension de l’instant tout en évoquant une sorte d’ambiant produit électroniquement ; l’illusion crée par l’émergence des sons tenus est particulièrement effective dans les lieux réverbérés et fait de cette pièce un moment contemplatif et minéral.

This piece for double bass alone slows down the strata of the temples by invoking an invented secular music, between imaginary folklore and ancient music. Acoustically produced, the violent and obsessive friction of the bow on the string gradually reveals layers of soaring harmonics which prolong the suspension of the moment while evoking a kind of ambient produced electronically ; the illusion created by the emergence of sustained sounds is particularly effective in reverberated places and makes this room a contemplative and mineral moment.

Ronan Courty, contrebasse

TRIO NYX - 21h, Motoco

Vendredi 28 août - 21h - Motoco - 15€

Trio d’improvisation radicale NYX réunit trois improvisatrices fer de lance des musiques expérimentales européennes. Ici, point de concession, on est loin des musique d’évidence ou de consensus, l’espace sonore et la narration restent constamment insaisissables. S’il faut mettre des mots sur la musique de NYX, on peut parler d’un fort pouvoir d’évocation, quelque part entre un conte ténébreux et une nouvelle musique improvisée orchestrée de manière inquiétante et profonde. Bon nombre d’entre vous sont probablement familiers du travail de ces trois personnalités qui proposent ce soir une direction inédite, l’absence exceptionnelle de piano, aux contours bruitistes et abrasifs mais aussi silencieux.

Isabelle Duthoit : voix, clarinettes
Sophie Agnel : claviers, électroniques
Angelica Castello, paetzold, électroniques

NUITS - 22h30, Motoco

Vendredi 28 août - 22h30 - Motoco - 15€

À coup sûr, une partie de la relève de demain sur la scène française de l’improvisation libre. Échappés du Dreieck Interférences Ensemble, entendu l’an passé, quatre musiciens touche à tout, hérauts de cette génération pour qui tout va très vite, mais qui savent élaborer patiemment et pas à pas une esthétique qui leur soit propre. Tout à la fois théoriciens, programmateurs de concerts, musiciens, dessinateurs et poètes, ils jouent cette « petite musique nocturne » en fusionnant les timbres colorés des instruments acoustiques avec des techniques électroacoustiques d’échantillonnages et d’altérations de la matière sonore. Ils dessinent ainsi une musique organique et obsessionnelle, dans une recherche perpétuelle de textures fines et incisives.

Certainly, a part of the future of tomorrow on the French scene of free improvisation. Escaped from the Dreieck Interferences Ensemble, heard last year, four musicians touch on everything, heralds of this generation for whom everything goes very quickly, but who know how to patiently and step by step develop an aesthetic of their own. At the same time theorists, concert programmers, musicians, designers and poets, they play this "little night music" by fusing the colored timbres of acoustic instruments with electroacoustic techniques of sampling and alteration of sound matter. They thus draw an organic and obsessive music, in a perpetual search for fine and incisive textures.

Stéphane Clor, contrebasse
Émilie Skrijelj, accordéon
Armand Lesecq, électronique temps réèl
Tom Malmendier, batterie

KRISTALLROLL + LISE & LISA - 13h, Église

Samedi 29 août - Église - gratuit (sur réservation) - Création Météo 2020

KRISTALLROLL : stéréophonie percussive acoustique experimetal 4 caisses claires 14″, 2 grosses caisses réduites 20″, pour l’auditeur. sédimentation des rythmiques dans l’étirement, dans les volumes, tentative d’élévation de matière acoustique.
LISE & LISA : Deux jeunes femmes comme deux sœurs tournant derviches dans le son d’un moderne folklore : Lise Barkas et Lisa Käuffert alternant chacune aux musettes 14 et 20 pouces.

The minimalist percussion duo Kristallroll meet the two young bagpipe players Lise Barkas and Lisa Käuffert. An unprecedented encounter, prepared in the Lot and then at the Mulhouse’s Chapelle St-Jean during the summer, giving voice to four singular musicians in order to explore a work of sonic matter and trance.

Charles Dubois, batterie
Florian Tositi, batterie
Lise Barkas, cornemuse
Lisa Käuffert, cornemuse

YVAN ÉTIENNE "MÉTÉORES" - 16h, Chapelle Saint-Jean

Samedi 29 août - 16h - Chapelle Saint-Jean - 5€

Rendre le droit le chemin aux étoiles.
Les météores sont des projets qui se construisent et se jouent autour de sites spécifiques. A travers leurs résonances, leurs contextes, ce qu’ils évoquent, Yvan Étienne cherche, par des construction sonores, à éveiller des présences, des états manifestés par cette espace.
Il développe un travail qui prend la forme de “choses“ sonores, d’installations, de performances/concerts, de projections vidéo, lumineuses et d’éditions. Conçus comme des espaces, des moments à expérimenter, ses travaux sont liés à des contextes, des climats, sont induis par les spécificités des sites et/ou des supports investis. Réalisé avec des instruments acoustiques, électroniques et phonographique, ses agencements sondent des processus et des états de perceptions.

Give the right path to the stars.
"Meteors" are projects that are built and played out around specific sites. Through their resonances, their contexts, what they evoke, Yvan Étienne seeks, through sound constructions, to awaken presences, states manifested by this space.
He develops a work that takes the form of sound "things", installations, performances / concerts, video projections, light and editions. Conceived as spaces, moments to experiment, his works are linked to contexts, climates, are induced by the specificities of the sites and / or supports invested. Realized with acoustic, electronic and phonographic instruments, its arrangements probe processes and states of perception.

http://yvanetienne.bandcamp.com/
http://wyy.free.fr/

YVAN ÉTIENNE "MÉTÉORES" - 16h, Chapelle Saint-Jean

Vendredi 28 août - 16h, Chapelle Saint-Jean - 5€

Rendre le droit le chemin aux étoiles.Retour ligne automatique
Les météores sont des projets qui se construisent et se jouent autour de sites spécifiques. A travers leurs résonances, leurs contextes, ce qu’ils évoquent, Yvan Étienne cherche, par des construction sonores, à éveiller des présences, des états manifestés par cette espace.Retour ligne automatique
Il développe un travail qui prend la forme de “choses“ sonores, d’installations, de performances/concerts, de projections vidéo, lumineuses et d’éditions. Conçus comme des espaces, des moments à expérimenter, ses travaux sont liés à des contextes, des climats, sont induis par les spécificités des sites et/ou des supports investis. Réalisé avec des instruments acoustiques, électroniques et phonographique, ses agencements sondent des processus et des états de perceptions.

Give the right path to the stars.
Meteors are projects that are built and played out around specific sites. Through their resonances, their contexts, what they evoke, Yvan Étienne seeks, through sound constructions, to awaken presences, states manifested by this space.
He develops a work that takes the form of sound "things", installations, performances / concerts, video projections, light and editions. Conceived as spaces, moments to experiment, his works are linked to contexts, climates, are induced by the specificities of the sites and / or supports invested. Realized with acoustic, electronic and phonographic instruments, its arrangements probe processes and states of perception.

CRÉATION MÉTÉO 2020

http://yvanetienne.bandcamp.com/ Retour ligne automatique
http://wyy.free.fr/

MICRO-WAVES - 21h Motoco

Samedi 29 aout - 21h, Motoco - 15€

Micro-Waves est un tête-à-tête improvisé entre l’ondiste Nathalie Forget et le compositeur et musicien électro ErikM — un grand écart sous tension entre deux lutheries électroniques que pratiquement un siècle sépare : les ondes Martenot, premier instrument électronique français créé par Maurice Martenot en 1928 et plus modestement Idiosyncrasie, système conceptualisé par ErikM et achevé par Charles Bascou au gmem-CNCM-marseille en 2013. Symboles d’inouï et de modernité à leur création, les ondes Martenot se caractérisent par leurs sonorités réverbérées ou zinguées, dont la plus connue, proche de la sinusoïde, évoque des voix « venues d’ailleurs ». Spécialiste de cet instrument, Nathalie Forget interagit avec son partenaire ErikM qui transforme en temps réel les échantillons originaires des ondes et les agence avec des sons granulaires ou phonographiques personnels. Le projet Micro-Waves participe ainsi à la création d’un répertoire radicalement nouveau pour cet instrument.

Micro-Waves is an improvised tête-à-tête between the wave artist Nathalie Forget and the electro composer and musician ErikM - a big gap under tension between two electronic violin makers that practically a century separates : the Martenot waves, the first French electronic instrument created by Maurice Martenot in 1928 and more modestly Idiosyncrasie, system conceptualized by ErikM and completed by Charles Bascou at gmem-CNCM-marseille in 2013. Symbols of unheard of and modernity at their creation, Martenot waves are characterized by their reverberated or zinc-plated tones, the best known of which, close to the sinusoid, evokes voices "from elsewhere". Specialist of this instrument, Nathalie Forget interacts with her partner ErikM which transforms the samples originating from the waves in real time and arranges them with personal granular or phonographic sounds. The Micro-Waves project is thus helping to create a radically new repertoire for this instrument.

ErikM, électroniques
Nathalie Forget, ondes martenot

LUC EX / AUDREY CHEN / DJ ILLVIBE - 22h30 Motoco

Samedi 29 août - 22h30 - Motoco

Luc Ex, force agissante de The Ex pendant près de 20 années, est passé du punk rugueux à la transgression des frontières stylistiques suite à sa rencontre avec Tom Cora. Il se frotte alors à l’univers de la poésie sonore aux côtés de Phil Minton dans 4Walls entendu ici même. L’esprit toujours alerte, attentif aux évolutions du moment, il imagine aujourd’hui cette réjouissante juxtaposition d’éléments sonores en compagnie de deux jeunes personnalités issues des scènes noise, hip-hop et de la poésie sonore. Les cordes (guitare et vocales) sont bouclées, traitées, triturées. Méconnaissables, elles s’étirent dans un flot saccadé et offrent une tessiture propre à l’improvisation. Une musique d’écorchés vifs qui se vit à l’instant, dans l’instant.

Bass player Luc Ex went from rough punk to transgressing stylistic boundaries after meeting Tom Cora. He then rubbed shoulders with the world of sound poetry alongside Phil Minton in 4Walls heard here. Always alert, attentive to current developments, he imagines today this delightful juxtaposition of sound elements in the company of two young personalities from the noise, hip-hop and sound poetry scenes. The strings (guitar and vocals) are looped, processed, crushed. Unrecognizable, they stretch in a jerky flow and offer a range specific to improvisation. Music of the skinned alive that is lived in the moment, in the moment.

Luc Ex, basse électrique
Audrey Chen, voix
DJ Illvibe, platines

LOUP UBERTO SOLO - 18h, Place de la Réunion

Mercredi 26 août - 18h - Place de la Réunion - gratuit

Fondateur du trio Bégayer, le travail solo de Loup Uberto est l’abrégé de tentatives nombreuses sur matériaux divers : téléphones mobiles, percussions, transistors radios court-circuités, limiteurs informatiques, clarinette, chants médiévaux et populaires d’Italie du nord, collages sonores. Un répertoire d’ébauches livrées telles quelles, tout à fait brutes et rendues inquiétantes par leur sécheresse, tout comme le conte populaire - s’abstenant de parler - est une vue offerte sur l’horizon du mutisme.

Founder of the Bégayer trio, Loup Uberto’s solo work is the summary of numerous attempts on various materials : mobile phones, percussions, short-circuited radio transistors, computer limiters, clarinet, medieval and popular songs from northern Italy, sound collages . A repertoire of sketches delivered as is, completely raw and disturbed by their dryness, just like the popular tale - refraining from speaking - is a view offered on the horizon of silence.

Loup Uberto : téléphones mobiles, tamburelli, transistors radios court-circuités, chants médiévaux et populaires d’Italie du nord, cornemuse.

LOUP UBERTO SOLO - 19h30 Parc Salvator

Mercredi 26 août - 18h - Place de la Réunion - gratuit

Fondateur du trio Bégayer, le travail solo de Loup Uberto est l’abrégé de tentatives nombreuses sur matériaux divers : téléphones mobiles, percussions, transistors radios court-circuités, limiteurs informatiques, clarinette, chants médiévaux et populaires d’Italie du nord, collages sonores. Un répertoire d’ébauches livrées telles quelles, tout à fait brutes et rendues inquiétantes par leur sécheresse, tout comme le conte populaire - s’abstenant de parler - est une vue offerte sur l’horizon du mutisme.

Founder of the Bégayer trio, Loup Uberto’s solo work is the summary of numerous attempts on various materials : mobile phones, percussions, short-circuited radio transistors, computer limiters, clarinet, medieval and popular songs from northern Italy, sound collages . A repertoire of sketches delivered as is, completely raw and disturbed by their dryness, just like the popular tale - refraining from speaking - is a view offered on the horizon of silence.

Loup Uberto : téléphones mobiles, tamburelli, transistors radios court-circuités, chants médiévaux et populaires d’Italie du nord, cornemuse.

GÉSIR - 17h30, Église Sainte-Geneviève

Samedi 29 août - 17h30 - Église Sainte-Geneviève - 5€

Ils sont trois, aux percussions, à l’orgue et la cornemuse. Côté percussions, il y aura probablement beaucoup de métal et des insistances. Côté orgue, ce sera contextualisé (lieu, instrument, interrelation réciproque), mais il y aura probablement grooves cassés du côté des pieds, incisions intempérées presque électriques du côté des mains. Quant à la cornemuse, elle se tiendra vraisemblablement droite, dressée au centre des débats, dialoguant et insistant, rapprochant et séparant, anarchiques, les phases à l’entour, et dessinant sa ligne, qui peut être mélodique, malgré tout. Du bas, une tradition opère probablement, c’est pourquoi nous préférons les sols aux tribunes, les orgues là-bas aux orgues là-haut, et l’audience au plus près.

There are three of them, percussion, organ and bagpipe. Percussion side, there will probably be a lot of metal and insistence. On the organ side, it will be contextualized (place, instrument, reciprocal interrelation), but there will probably be broken grooves on the side of the feet, intemperate almost electric incisions on the side of the hands. As for the bagpipe, it will probably stand straight, standing in the center of the debates, dialoguing and insisting, bringing together and separating, anarchic, the phases around, and drawing its line, which can be melodic, in spite of everything. From the bottom, a tradition probably operates, which is why we prefer the floors to the stands, the organs over there to the organs up there, and the audience as close as possible.

Camille Émaille : percussions
Jean-Luc Guionnet : orgue
Julien Desailly : cornemuse

Karam Alzouhir solo - 11h30, Bibliothèque Grand’Rue

Mercredi 26 août - 11h30 - bibliothèque Grand’Rue - gratuit

Concert pour les enfants.
Depuis plusieurs années, Météo et la Bibliothèque Grand’Rue propose des concerts pour le jeune public. Des concerts de musique improvisée, en format court (20/30min) qui s’adressent aux petits et grands, dans une ambiance conviviale dans la patio de la bibliothèque.

Karam Al Zouhir, né en 1987 à Damas en Syrie, est un musicien (violon, alto, clavier), éducateur et arrangeur, diplômé du conservatoire Solhi Al Wadi à Damas, et en éducation musicale à l’Université de Homs. En France depuis 2011, il poursuit des études en musicologie à l’Université de Strasbourg. Il est membre du Syrian Expat Philarmonic Orchestra (Brême), du Damascus String Quintet (Berlin) et de Ornina Syrian Orchestra (Luxembourg). Il crée le duo de jazz Monky Mind avec le bassiste Joris Coimbra et un duo de musique improvisée avec le saxophoniste Olivier Duverger. En 2019 il crée le spectacle Un Nôtre Pays dont il a écrit la musique, à partir d’une bande-dessinée pour enfants de Claire Audhuy. Il est intervenant dans le cadre du projet Démos Strasbourg et Mulhouse et il fait partie du collectif Pils, collectif strasbourgeois de musiques improvisées et expérimentales.

Karam Alzouhir - violon alto

Concert pour les enfants - Ronan Courty solo

Jeudi 27 août - 11h30 - Bibliothèque Grand’Rue - gratuit

Ronan Courty : contrebasse

Merve & Ross - 11h30, Bibliothèque Grand’rue

Vendredi 28 août - 11h30 - Bibliothèque Grand’Rue (gratuit - sur réservation) (concert pour les enfants)

Merve Salgar est musicienne istanbuliote, et interprète d’un instrument traditionnel : le tanbur (luth à long manche). Ross Heselton est musicien et poète Britannique-Français— il joue la guitare et chante. À partir de leurs instruments et de leurs voix, elles cherchent à tisser ensemble un maillage de chants et de jeux où se rencontrent repertoires traditionnels, poèmes, improvisations et compositions, parfois en turc, parfois en anglais, parfois simplement dans la langue des cordes.

Merve Salgar - voix et tanbur
Ross Heselton - voix et guitare

TAPIR - Minuit, Motoco

Le tapir est un animal acoustique et électrique à deux couleurs, voire plus selon l’humeur. Il pratique la percussion avec divers membres et manipule des machines communiquant plus ou moins entre elles. Craintif mais grégaire, en concert il tente d’autres expériences avec une certaine nervosité qu’on attribue pour une large part à sa captivité.

Brice Jeannin : synthétiseur modulaire Serge
Jeremy Ledda : batterie

Karam Al Zouhir & Olivier Duverger - 22h, Parc Salvator

Mercredi 26 août - 22h, Parc Salvator
Accessible sans réservation aux détenteurs d’un pass global festival
Accessible sur réservation : https://fr.yesgolive.com/festival-meteo/karam-al-zouhir-olivier-duverger
Jauge limitée à 200 personnes

Comment dialoguer entre deux cultures musicales ? Comment trouver un terrain d’entente entre un saxophone et un alto ? Entre souffle et archet ? Entre musiques populaires et musiques écrites ? Entre sonorités sombres et sobres mélodies ?
Olivier Duverger et Karam Al Zouhir proposent un périple, sans guide et sans bateau, comme un poème sans paroles, à travers des sonorités paradoxales, parfois aux limites de l’audible, parfois lyriques, parfois brutes, et souvent inhabituelles avec une hybridation musicale hors norme.

How to dialogue between two musical cultures ? How do you find common ground between a saxophone and a viola ? Between breath and bow ? Between popular music and written music ? Between dark tones and sober melodies ?
Olivier Duverger and Karam Al Zouhir propose a journey, without guide and without boat, like a poem without words, through paradoxical sounds, sometimes bordering on audible, sometimes lyrical, sometimes raw, and often unusual with a musical hybridization outside standard.

Olivier Duverger : saxophones
Karam Al Zouhir : violon alto

Ronan Courty solo - 11h30, Bibliothèque Grand’Rue

11h30, Bibliothèque Grand’Rue (gratuit, sur réservation)

Contrebassiste improvisateur, Ronan Courty propose une approche singulière de son instrument au sein d’une démarche musicale très composée : adepte de la contrebasse préparée, il explore les notions de timbre, de pulsation et se spécialise dans la copie acoustique des sonorités électroniques.
Membre des groupes Cabaret Contemporain et No Tongues , Ronan Courty
à également travaillé avec Jeanne Cheral, Néry, Mood , Arnaud Desplechin et Cristophe Honoré pour des musiques de films , mais aussi des groupes comme Actuum, Juke box et Tendimite, … , il jouera au festival Météo une nouvelle pièce pour contrebasse seule : Synésthésia (vendredi 28 août à 13h à l’Église Sainte-Geneviève)

Ronan Courty, contrebasse

La Tremblaie - 11h30, Bibliothèque Grand’Rue

11h30, Bibliothèque Grand’Rue (gratuit - sur réservation)

(La tremblaie est une parcelle plantée de trembles, arbres dont les feuilles s’agitent au moindre souffle de vent.
Le duo rassemble des objets mis en vibration, dont les ondes et fréquences bougent au moindre déplacement d’air. Les ondes générées créent des interférences. Voix, violoncelle & textes rejoignent ce paysage sonore pour développer une poésie minimaliste et multi-timbrale.

Jeanne Barbieri - voix & harmonium
Stéphane Clor - violoncelle & objets

 
© Mulhouse Music Festival - Accès privé
Site réalisé par Antipole & Fiat Lux Production