12:30 / 27 août 2002 / Chapelle Saint Jean

Depuis sa première apparition en 1984 (avec l’octet d’André Jaume), les fidèles de Jazz à Mulhouse auront pu applaudir le prince de la coulisse de Chamalières dans un grand nombre de configurations. Presque une intégrale vrobertienne. Comptons sur nos doigts : avec Jaume en 84 donc, au sein du quintet de Sclavis en 90 et en solo à l’ex-AMC (au milieu d’une exposition de photos d’Horace) en 91. Deux fois en 92, dans le sextet de Marais et avec la création Indigène de Sclavis, et trois fois en 93, dans le tentet de Ducret (Seven Songs…), un quartet de Léandre et son propre quatuor de « bras cassé » (Deschepper, Tchamitchian, Spirli). L’édition 94 le fait découvrir au sein du Brass band de Marre et de l’Orchestra Improvista, celle de 95 dans les Tribulations de Pifarely. On le retrouve avec Sclavis en 97 (Les Violences de Rameau), en 99 grâce aux Five Easy Pieces (avec Corneloup, Dehors et Godard), et il présente enfin l’an dernier son gracieux quintet L’été (avec Dehors, Chevalier, Labarrière, Atef). Mais c’est la première fois qu’on pourra admirer la jolie plastique d’Yves Robert « mis en espace » (traduction : déconnage tous azimuts) par Jean-Marie Maddedu.

2002
 
© Mulhouse Music Festival - Accès privé
Site réalisé par Antipole & Fiat Lux Production