Écrit en hommage aux fresques réalisées à Naples par le sculpteur et dessinateur Ernest Pignon-Ernest, Napoli’s Walls est l’un des groupes les plus vifs, ouverts et bigarrés qu’ait proposé Louis Sclavis. Une sorte de jazz de chambre contrasté et impertinent, libertaire et raffiné, qui mêle, en les rassemblant avec mélancolie, folie furieuse, humour et poésie charmeuse, les couleurs et les qualités exceptionnelles des musiciens associés à lui, en un pot-pourri insolent et drôle combinant rythmiques « électro » ou world, rock, folklore et influences classiques. « Le travail d’Ernest à Naples, écrit-il dans les notes de pochette du CD paru chez Ecm, est comme un livret d’opéra. On y trouve l’émotion, le drame, les dynamiques nécessaires à la musique. En me laissant porter par ses images, en guettant la sueur des murs, j’ai voulu parler de Naples sans réalisme, ni folklore mais comme d’une ville de fiction. Nous jouons ici un présent et un passé étroitement imbriqués, parcourus de bruits, de paroles et d’urgences. Nous jouons entre une mer et un volcan invisibles mais que l’on respire… ».

2004
 
© Mulhouse Music Festival - Accès privé
Site réalisé par Antipole & Fiat Lux Production