Christophe Erard, chant / Patrick Grujon, guitare / Ray Halbeisen, clarinette et saxophone / Serge Haessler, trompette / Hélène Eschbach, contrebasse / Romain Schmitt, batterie

1ère partie (19h30) avec les Barboozes.

Concert gratuit (sans réservations), présenté en partenariat avec la commune de Pfastatt.
L’accès à la soirée est soumis au pass sanitaire (vaccination à jour, test PCR de moins de 72h ou antigénique de moins de 48h).

Des années 30 aux années 50, l’histoire du Jazz a été intimement liée à celle des danses "Swing". Au Savoy Ballroom de Harlem, les pas de Charleston ont fait place à l’inventivité sans limite des pionniers du Lindy hop. Cette évolution a été initiée et accompagnée dans les années 30 par un foisonnement extraordinaire d’orchestres rivalisant de créativité, autant pour captiver leurs auditeurs que pour défier, dans une saine émulation, l’imagination des danseurs.
Le Jazz n’a jamais été aussi populaire que dans cet âge d’or, l’Ère du Swing ! Des auteurs prolifiques (Cole Porter, Irving Berlin, George Gershwin, Richard Rodgers, Jimmy McHugh...) ont commencé à dessiner ce qui allait devenir the Great American Songbook , tandis qu’une armée d’arrangeurs fournissaient, tant pour la scène que pour la radio, des partitions mémorables aux chefs d’orchestres phares de l’époque (Harry James, Count Basie, Benny Goodman...) - certains génies comme Duke Ellington, pour n’en nommer qu’un, endossant bien sûr toutes ces casquettes ! N’oublions pas les talentueux entertainers , à la fois chefs d’orchestre, musiciens/chanteurs et comédiens (Louis Jordan, Cab Calloway, Louis Prima...) qui, prenant la tête des hit-parades, ont véritable- ment fait entrer cette musique dans tous les foyers.
En créant les Whitey Swing Bouncers, Ray Halbeisen (saxophone ténor et clarinette*) et Christophe Erard (chant) ont eu à cœur de rendre hommage à ce répertoire et à ceux qui lui ont donné vie, non seulement en sélectionnant avec soin des chansons faisant parfait écho au renouveau actuel du Lindy hop, un "sur-mesure" ancré dans l’histoire du Jazz pour les "fous de Swing" d’aujourd’hui, mais aussi en portant une attention particulière aux arrangements, dans le plus grand respect d’un sens de la "mise en scène" - purement musicalement parlant, marque de fabrique de cette époque pré-bop... et pour le plus grand plaisir des auditeurs.
Pour relever le défi d’une réduction "à la hauteur" de ces œuvres en petite formation quintet + voix (au pluriel tout de même, car les musiciens n’hésitent pas à en donner eux aussi !), ils ont fait appel aux talents de Patrick Grujon à la guitare, Hélène Eschbach à la contrebasse, Romain Schmitt à la batterie, et de Eric Theiller à la trompette.
Le résultat ne laisse indifférents ni les pieds des danseurs, ni les oreilles des mélomanes.

SAMEDI 14 AOÛT
 
© Mulhouse Music Festival - Accès privé
Site réalisé par Antipole & Fiat Lux Production