18:00 /mercredi 24 août 2005 / Noumatrouff

On a pu reprocher à Ernst Reijseger un goût prononcé pour le spectacle et le burlesque. C’est vrai mais pour le comprendre, il faut l’avoir entendu en solo. Il faut l’avoir entendu notamment avec Han Bennink, alter ego des premiers jours. Il faut pouvoir retomber en enfance et jubiler lorsque le violoncelle devient une guitare ou une percussion. Il faut pouvoir s’attendrir lorsque les lignes mélodiques se font mélancoliques ou rêveuses. Finalement, écouter Reijseger c’est accepter son exubérance, c’est courir le risque de sortir du concert un peu plus fou qu’en y entrant.

2005
 
© Mulhouse Music Festival - Accès privé
Site réalisé par Antipole & Fiat Lux Production