Hommage en creux à ce roi un peu pâlot, dépassé par les événements, dont le seul fait d’armes est d’avoir péri décapité après une fuite en forme de farce, par ce quatuor lillois qui démontre que l’habit ne fait pas le moine – pas plus que le roi. À grand renfort d’une rythmique qui alterne tour à tour entrechats délicats et embardées free, le jeu est mené par un duo de saxophones qui se répondent, se croisent, s’émancipent selon les phases. Louis Minus XVI joue des codes et stéréotypes du punk, du free jazz, du klezmer, tout en puisant dans leurs structures respectives pour créer l’étonnement, arrivant là où on ne les attendait pas.
_ _ _

An implicit homage to the rather pale, washed-out king, overwhelmed by events, whose only feat is having been decapitated after a farcical escape attempt, presented by this Lille-based quartet who show that the clothes don’t make the man – much less the king. By means of a rhythmic structure that alternates between delicate leaps and free swerves, their playing is led by two saxophones that answer, cross, and break free of each other at various stages. Louis Minus XVI plays with the codes and stereotypes of punk, free jazz, and klezmer, all while drawing from their respective structures to create astonishment, arriving in a place where they were not expected.

2016
 
© Mulhouse Music Festival - Accès privé
Site réalisé par Antipole & Fiat Lux Production