Mariachi

L’idée de proposer à la guitariste Nina Garcia “un concert pour les enfants” s’est imposé dès la première fois qu’on l’a vu en se produire en solo. Son approche du son et de son instrument a quelque chose de fascinant, aussi bien pour les petits que pour les grands. Sa gestuelle, sa présence et sa façon toute personnelle d’exploiter les potentialités quasi infinies offertes par une six cordes et sa surface de jeu : bois, métal, plastique, électricité… Un concert qui devrait susciter des vocations !

CLARA DE ASIS & MARA WINTER

Le duo formé par Clara de Asís (électronique) et Mara Winter (flûte basse) construit un espace sonore sensible et spéculatif prenant comme point de départ des monophonies médiévales de la trouvère du xiiie siècle Blanche de Castille. Dans leur pièce, les deux musiciennes formulent une perspective contemporaine basée sur l’interaction des hauteurs, l’ombrage microtonal et l’exploration timbrale. La musique de Blanche de Castille est ici abordée selon ses propriétés modales, comme un moyen de naviguer entre des occurrences phénoménologiques acoustiques et un matériau mélodique continu et changeant.

ANIL ERASLAN SOLO

Le violoncelliste, compositeur et improvisateur Anil Eraslan participe à divers projets musicaux entre Berlin, Paris, Strasbourg et Istanbul. De la musique traditionnelle anatolienne à la musique expérimentale et improvisée, il multiplie les expériences avec des ensembles tels que Klub Demboh, Trickster Orchestra, Eponj, Sousta Politiki et de nombreux musiciens créatifs du monde entier. En tant que cinéaste, il travaille actuellement sur son premier long métrage documentaire sur
la scène de l’improvisation libre à Istanbul.

 On a pu entendre Anil Eraslan dans la création H l’an dernier au Festival Météo. Il sera cette année au sein du projet Imbroglio, coproduit par le festival Météo, qu’on découvrira
le jeudi 25 août à 17h30 à la Filature.

LUCY RAILTON & KIT DOWNES
Subaerial

Si Lucy Railton œuvre plutôt dans les champs des musiques contemporaines et expérimentales, Kit Downes se distingue par son approche du clavier jazz et classique. Leur dialogue violoncelle/orgue jette des ponts entre toutes ces influences et crée un univers totalement singulier, entre drone, musique ancienne et contemporaine, plein de lyrisme et de mystère.

MOPCUT & KAFFE MATTHEWS

Initiée à l’occasion d’une semaine de résidence au Topsi Pohl à Berlin, cette rencontre entre le passionnant et radical trio Mopcut (dont on garde le souvenir d’un concert mémorable chez nos amis de Sonic Protest quelques minutes avant le premier confinement) et la compositrice et sound artist britannique Kaffe Matthews s’annonce imprévisible. Cette dernière est experte en mise en son des espaces et des objets, inventant une nouvelle forme de compositions électroacoustiques. 

STAR SPLITTER

Rob Mazurek et Gabriele Mitelli sont des trompettistes qui ne sonnent pas comme des trompettistes, des musiciens qui ont fait de « l’au-delà et de l’ailleurs » leur mode de vie. Rob Mazurek est au cœur de la scène de Chicago depuis près de deux décennies, catalyseur d’énergies, expérimentateur infatigable et point focal entre l’héritage dansant de Sun Ra et les élans intransigeants du (post) rock, entre la leçon de Bill Dixon et le chemin majestueux de la génération AACM. Gabriele Mitelli est suffisamment instinctif et courageux pour foncer tête baissée dans les situations les moins confortables et les contextes les plus improbables. Une rencontre cosmique.

MARIAM REZAEI & KENOSIST

Mariam Rezaei et Mark Wardlaw sont deux activistes de la scène de Newcastle en Grande-Bretagne où ils dirigent le collectif TOPH (The Old Police House) qui propose concerts et festival de musiques expérimentales. Kenosist est l’incarnation de Mark Wardlaw. Il construit d’étonnants écosystèmes sonores faits de boîtes à rythmes et de synthé distordus pour jouer un disco psychédélique DIY. Mariam Rezaei est compositrice et DJ. À l’aide de deux platines, elle crée un univers sonore sans limite, qui la voit collaborer aussi bien avec des musiciens électro, des improvisateurs ou des orchestres contemporains. Leur rencontre promet une musique de club expérimentale qui ne ressemble à aucune autre.

PRANGERS

Depuis les souterrains de Rochdale, en banlieue de Manchester, Prangers produit une musique sauvage, un genre de scrap/metal beat/bass qui punit et fait vibrer celles et ceux qu’ils croisent. Instrus DIY, passion pour les objets et sons chinés dans les arrière-cours, les enregistrements tordus et l’électronique cabossée, Prangers, duo en studio, trio à la scène, est à découvrir pour la première fois hors de leurs frontières. Les fans de The Boredoms, Lightning Bolt, Coil ou Neu! sont prévenus.