Robin Fincker

Comme à chaque édition de Météo, les bambins font aussi leurs bamboches ! Et dès 11h30 avec les incontournables rendez-vous des plus jeunes (et de leurs parents !) dans le patio de la Bibliothèque Grand’Rue. Premier épisode de cette saison, avec le grand (par la taille et par le son) saxophoniste et clarinettiste Robin Fincker !

CHRIS PITSIOKOS & MULHOUSE ENSEMBLE ORCHESTRA

Le Mulhouse Ensemble Orchestra est un combo qui s’est formé à la fin de l’été 2021, à l’occasion du workshop donné par le saxophoniste américain Chris Pitsiokos au Festival Météo. Les musicien·nes qui le composent communiquent entre eux à travers quatre langues différentes. Cette dimension internationale illustre parfaitement le rayonnement du Festival Météo (demander à Séverine du café Tilvist, qui voit passer toute la semaine les stagiaires venu·es de toute la France mais aussi d’Allemagne, d’Italie, de Belgique ou de Pologne !). Le groupe s’est retrouvé cet hiver pour un concert au Novara Jazz Festival, sous l’impulsion du batteur Nicolas Arata. Et à l’instar de Chris Pitsiokos, on a été très positivement étonné par la qualité de la musique proposée. Quelques écoutes avant une évidence : il fallait les inviter, sur scène cette fois !

TIZIA ZIMMERMANN & PABLO LIENHARD

L’accordéoniste Tizia Zimmermann et le musicien électronique et saxophoniste Pablo Lienhard jouent et répètent régulièrement dans différentes constellations depuis 2018. Leur premier album, kaputt, est paru au printemps 2021 sur le label Wide Ear Records.

 Les deux jeunes artistes suisses tentent de dissoudre les frontières entre les sons produits de manière acoustique et électronique et s’approchent l’un·e de l’autre de manière improvisée, jusqu’à se confondre. Une combinaison accordéon/no-input mixer inédite qui fait plonger dans un univers sonore profond.

LISE BARKAS &
MARIA LAURENT

Entendue lors des dernières éditions au sein de projets comme L’Écluse ou Trilles, la musicienne Lise Barkas est une activiste de la scène expérimentale strasbourgeoise avec le collectif Kreis ou le label Soleils Bleus. Son approche singulière de la vielle à roue et de la cornemuse rompt avec les traditions, tout comme celle, au clavier, de Maria Laurent. Cette dernière développe en parallèle d’un jeu plus électronique dans le duo Encore, un univers improvisé et expérimental tout en nuances, en grain et en intensité, qui l’a vue être notamment programmée récemment en solo aux Instants Chavirés. La rencontre entre ces deux musiciennes aux partis pris radicaux et passionnants s’annonce saisissante.

THE PUNK AND
THE GAFFERS

Le génial accordéoniste norvégien Kalle Moberg embarque deux figures majeures de la musique improvisée dans un set tout droit devant ! Avec au violon Philipp Wachsmann, parfaitement capable de se lancer dans les plus passionnantes improvisations comme d’interpréter Cage, Ives ou Varèse. Inutile de présenter le batteur Paul Lytton au plus fervent public de Météo. Son duo avec Evan Parker, augmenté du bassiste Barry Guy a marqué l’histoire. Entendre pour la première fois en France le prodige Kalle Moberg (dont on suit par ailleurs les pérégrinations tokyoïtes aux côtés de Jim O’Rourke) entouré de ces deux légendes est un rendez-vous à ne pas manquer.

RHOMBE

L’existence et l’usage rituel du rhombe, l’un des plus vieux instruments de musique connus (plus de 2000 ans !) sont attestés quasi-universellement. Cet usage visionnaire d’une physicalité brute caractérise l’approche de ce trio formé par Julien Boudart. Tous trois pratiquent une forme de transe, un état paradoxal qui est autant absence à soi qu’il est présence redoublée, dans l’expérience du son. Du souffle, de la salive, des éclats de pierre et de l’électricité, dans le flot de leur matérialité nue, correctement conduits, avec un brin de sorcellerie, peuvent susciter un tel état de l’être.

GHOSTED

Sous le titre évocateur de Ghosted, Ambarchi, Berthling et Werliin explorent de manière extrêmement subtile la façon dont les grooves peuvent se tisser et se subdiviser à l’intérieur du rythme. Ils creusent jusqu’à l’essence chaleureuse un minimalisme hypnotique à la Steve Reich, les horizons rétro-futuristes du Krautrock, puisent dans une mémoire finement aiguisée par des décennies de jeu en commun, pour imaginer une suite envoûtante qui taquine avec les temps et les grooves. Jazz, inspirations afro-rythmiques, folk-rock, ou classique minimaliste, des structures toujours plus résiduelles et éphémères, qui aboutissent dans des zones nocturnes chatoyantes.