Depuis sa première apparition à Mulhouse en 1984 (avec l’octet d’André Jaume) jusqu’à la présentation de ce nouveau quintette, Yves Robert est revenu une bonne douzaine de fois ravir les fans de sa coulisse, devenant un véritable habitué du festival. On a ainsi pu l’applaudir aux côtés de Louis Sclavis, Gérard Marais, Marc Ducret, Michel Marre, Dominique Pifarély, mais aussi en solo (1991) et avec son fameux (et regretté) quatuor de “Bras cassés” (1993). La liste de ses partenaires (aussi bien dans les ensembles resserrés qu’au cœur des sections de divers big bands) témoigne autant de la rigueur de sa maîtrise instrumentale et de sa culture musicale que de son goût des contrastes et de sa réévaluation radicale de l’instrument, à partir des enseignements de Mangelsdorf, Anderson ou Lewis. Car à l’instar de Phil Abraham, Johannes Bauer, Sebi Tramontana ou Craig Harris, Yves Robert fait partie de cette génération de poètes qui illuminent, chacun à sa manière, les multiples facettes de l’art du trombone du XXIe siècle.
2001
 
© Mulhouse Music Festival - Accès privé
Site réalisé par Antipole & Fiat Lux Production