18:00 / 27 août 2002 / Noumatrouff

Bruno Chevillon contrebasse, François Raulin piano, François Corneloup saxophone.

Bruno Chevillon

Contrebassiste français, né en 1959.
Bruno Chevillon a suivi une double formation puisqu’il sort diplômé des Beaux Arts en 1983 où il étudie la photographie, et pratique parallèlement la contrebasse classique auprès de Joseph Fabre au conservatoire d’Avignon. Il fait ses débuts dans le jazz en suivant la classe d’André Jaume, fait partie du GRIM, puis intègre le collectif Lyonnais l’ARFI où il fera une rencontre déterminante : celle de Louis Sclavis. Il sera par la suite associé à une grande partie des projets du clarinettiste.
Outre sa longue collaboration avec Sclavis, il joue avec les principaux musiciens du jazz moderne et des musiques improvisées françaises : Marc Ducret, Claude Barthélémy, Stéphan Oliva, François Corneloup, François Raulin, Laurent Dehors...
Essentiellement sideman, Bruno Chevillon s’épanouit toutefois aussi en solo, notamment dans un spectacle intitulé "Pier Paolo Pasolini ou la rage sublime". On le retrouve également aux côtés du chorégraphe Christian Rizzo sur certaines productions de la compagnie "L’association fragile".

— 
sources : wikipédia



voir toutes les participations de Bruno Chevillon
Outre un autre trio au format plus conventionnel (avec J. –J. Avenel et E. Echampard) et une virée au pays de Tristano (en compagnie de Stéphane Oliva), François Raulin vient de sortir sur le label Hatology un CD qui fait frissonner la jazzosphère. « Un triangle apparemment coopératif s’anime, écrit Philippe Carles, se développe, voire s’anamorphose, autour, non d’un « leader », mais d’un désir catalyseur, et sans excès ni vains effets d’urgence, ce sont bien ‘trois plans sur la comète’ qui se recoupent, se recouvrent et s’organisent ‘naturellement’ ». Donc, un trio à l’instrumentation singulière, (sans batterie, on parle souvent de musique « de chambre ») même si l’équilatéralité s’impose (sans hiérarchie) dans des compositions en forme de carnets de route ou de réminiscences de pays parcourus. Un combo presque romantique où se manifeste un sens aigu de l’interplay et un art du double sens, un groupe qui témoigne d’une jolie stature de leader acquise par Raulin, notamment pour une véritable écriture en petit format.
2002
 
© Mulhouse Music Festival - Accès privé
Site réalisé par Antipole & Fiat Lux Production