Après François Jeanneau (en 1986), suivi d’Antoine Hervé, Claude Barthélémy, Denis Badault, Laurent Cugny, Didier Levallet, Paolo Damiani, c’est donc… Claude Barthélémy qui (re)prend les rênes de l’Onj nouveau pour (au moins) deux ans avec une équipe totalement renouvelée, composée de jeunes talents " en chemin " (une petite trentaine d’années de moyenne d’âge) venus des six coins de l’hexagone (du pays chti au pays basque), avec une orientation générale d’orchestre acoustique. La mission qu’il s’est fixée est de produire avec cet outil une véritable musique du monde d’aujourd’hui : de Bamako à New York, en passant par HongKong et les guinguettes du bord de Marne. " Je suis persuadé, affirme-t-il, que le jazz est le lieu idéal d’où contempler un état synthétique des possibles ". C’est à travers les formes de la plus savante des musiques populaires et la plus populaire des musiques savantes que Barthélémy se (nous) propose de se frayer un chemin, une piste, une autoroute, dans des ailleurs du jazz, à travers diverses rencontres avec des danseurs, des vidéastes, des chanteurs. " And now Ladies and Gentlemen : the French ONJ… ".
2003
 
© Mulhouse Music Festival - Accès privé
Site réalisé par Antipole & Fiat Lux Production