26.08.2017 - Noumatrouff - 19:00 (entrée libre)

Thomas Bonvalet banjo électrifié, orgue à bouche, harmonica etc..

Des morceaux parsemés de cordes frottées, pincées, caressées et désormais en miettes ; un harmonica fuyant les phrases longues ; un métronome mécanique à cloche qui marque le pas ; des microphones et amplificateurs qui subliment les frappements de pieds et de mains ; une multitude éparse (diapasons, concertina, pavots secs, sifflements, minuteur, orgue à bouche, grelots) engendre les songes, zones de turbulences et silences impérieux de Thomas Bonvalet. Dans une posture précaire où tout risque de basculer à chaque instant, il compose autour de son banjo une folle chimère, à coups de progressions mélodiques interdites et d’ombres portées, de trémolos falots et de bourdons las, d’harmoniques empêchées et de soudains feedbacks.

_ _ _ _

Scattered fragments of scraped, plucked, and caressed strings, now in tatters ; a harmonica avoiding long phrases ; a mechanical metronome with a bell that marks the tempo ; microphones and amplifiers that enhance the sounds of clapping and foot stamping ; and a scattered multitude of sounds (tuning fork, concertina, dry poppy, whistles, timer, mouth organ, bells) produce the dreamscapes, areas of turbulence, and imperious silences of Thomas Bonvalet. In a precarious situation in which everything could fall apart at any moment, he composes around his banjo a crazy pipe dream, with forbidden melodic progressions and shadows cast, with colorless tremolos and weary bells, with delayed harmonic and sudden feedback.

SAMEDI 26 AOÛT
 
© Mulhouse Music Festival - Accès privé
Site réalisé par Antipole & Fiat Lux Production