24 août 2007 // 12h30 // Chapelle Saint-Jean

Frédéric Blondy piano.

Frédéric Blondy

Après des études de Mathématiques et Physique à l’université de Bordeaux, Frédéric Blondy se consacre entièrement à l’étude du piano. Tout d’abord à travers le jazz puis à travers des études classiques menées à Bordeaux, au Conservatoire National, puis à Paris en compagnie de Marie-Christine Calvet, au Centre International de Piano, où il a pu approfondir son approche “corporelle” de l’instrument.

En tant qu’improvisateur, Frédéric Blondy s’est produit dans de nombreux festivals et salles de concerts en Europe, en Amérique du Nord, au Moyen-Orient et en Asie. Il a eu l’occasion de travailler avec de nombreux musiciens tels que Paul Lovens, Rhodri Davies, Lê Quan Ninh, Michel Doneda, Joëlle Léandre, Urs Leimgruber, Thomas Lehn, Daunik Lazro, Radu Malfatti, John Tilbury, Otomo Yoshihide, Gustafsson,.... et de développer un travail approfondi en formation avec des groupes tels que Hubbub, Ethos.



voir toutes les participations de Frédéric Blondy
Pour beaucoup, Frédéric Blondy est seulement (et c’est déjà pas mal) l’un des deux agités de Hubbub (l’autre c’est Edward Perraud, le reste du quintet étant d’un calme absolu). Groupe indispensable s’il en est, Hubbub laisse une trace indélébile sur ses auditeurs. On sait moins qu’il joue également avec Thomas Lehn, Lê Quan Ninh, Charlotte Hug, Dan Warburton, etc. La liste est longue.
Frédéric Blondy est véritablement un pianiste au sens où, en amoureux de l’instrument, il en exploite toutes les possibilités. Le clavier, les préparations, les pédales, tout cela s’accorde en une sorte de virtuosité étourdissante. La tension qui l’anime est généralement tellement palpable qu’elle se transmet d’emblée à l’auditeur. Comme bien d’autres musiciens de sa génération, Blondy est un accumulateur : le minimalisme ne s’est pas substitué à l’impro qui n’a pas remplacé le free-jazz qui n’a pas supplanté les concertos de Prokofiev. Tout cela s’entasse quelque part entre la tête et les doigts de ce pianiste et ressort. Par petits morceaux à peine perceptibles ou par explosions superlatives.
Tout en extrêmes, le piano de Frédéric Blondy est en tout cas l’un des plus hallucinants qu’il soit donné d’entendre.
2007
 
© Mulhouse Music Festival - Accès privé
Site réalisé par Antipole & Fiat Lux Production